Articles taggés pierre fourneret

anae

Conférence 5 octobre 2013 Toulouse Association pour la Diffusion des Connaissances du Haut Potentiel

Association pour la Diffusion des Connaissance du Haut-Potentiel (ADCHP) organise le 5 octobre 2013 à Toulouse une journée autour du Haut-Potentiel et du Talent…

 

 

Les personnes à haut potentiel, appelées auparavant surdouées ou précoces représentent une population d’environ 5% (les anglo-saxons considèrent même10%).

 

La caractéristique communément admise est que ces personnes sont dotées d’une grande intelligence, liée à un fonctionnement cérébral singulier. Cependant, les chiffres montrent que 30% de ces enfants sont sous-réalisateurs et 13% en échec scolaire. C’est plutôt paradoxal.

  Deux caractéristiques restent méconnues : une très grande créativité (pas uniquement centrée dans le domaine artistique) et une sensibilité hors norme.

L’enjeu est de taille : nous avons face à Plus >

6medys

Vidéos des conférences de la 6me journée Dys Lyonnaise (oct 2013)

Pour ceux qui ne pouvaient pas être présents ou les présents qui veulent ré-écouter, les vidéos de toutes les interventions ont été mise en ligne !

Nous remercions les associations organisatrices de cette journée pour la mise à disposition de ces vidéos!!

Vous pouvez également télécharger des notes prises par des étudiants lors des conférences.

Ouverture (30min)

Renforcer la prévention (2h)

Premier degré 2 situations analysées (1h45)

Second degré : 2 situations analysés (1h55)

Prise en charge thérapeutique et loisirs (1h50)

Table ronde : insertion professionnelle (1h20)

Présentation de la malette de dépistage des troubles des apprentissages scolaires pour la médecine libérale (32min)

Quelle société construisons-nous ? (32min)

Conclusion & Clôture (22min)

« Maman, comment on arrête de penser ? » – Haut-Potentiel, quand la (trop) pensée devient anxiogène …

L’anxiété « est constante chez les enfants surdoués. L’intelligence est logiquement anxiogène lorsqu’elle donne accès à des questionnements existentiels que le jeune enfant ne peut assumer. On est alerté dès trois ans par des préoccupations excessives concernant l’univers ou la vie après la vie ; la notion prématurée de la pérennité de la mort est forcément inquiétante à l’âge ou l’enfant en a normalement une notion très abstraite ou ludique, comme dans les dessins animés ou les jeux vidéo (« je sais bien que je n’ai pas plusieurs vies… »). Plus tard, les peurs concernent les maladies (peur du sida, de la maladie de la Vache-Folle…), la survenue de catastrophes au niveau planétaire (guerre, météorites, inondations…) ou familiales (maladies des parents, séparations….). Ces Plus >

Haut de page